400 millions d'animaux - chats, chiens, singes, rats, souris, bovins, oiseaux - sont massacrés annuellement au nom de la science, de la recherche médicale et du pouvoir industriel, pharmaceutique ou militaire.

Dans des lieux bien gardés dont on refuse l'accès aux «profanes», chercheurs, médecins, vétérinaires, biologistes, chimistes et toxicologues font subir à des êtres vivants toute une diversité de tortures physiques et/ou mentales, à la poursuite de l'ultime «réussite» scientifique!

Des animaux sont privés de nourriture, de sommeil, soumis à des décharges électriques, greffées, etc. On teste sur eux : des gaz toxiques, des défoliants, et des radiations nucléaires. On provoque des tumeurs en les frappant. On inocule des germes infectieux à des animaux en santé, et on leur transmet artificiellement des symptômes de maladies habituellement réservées aux humains.

QUELQUES EXEMPLES ASSEZ ÉLOQUENTS

  • Des chiens jetés dans l'eau bouillante pour comprendre «l'état de choc».

  • Des singes, des chiens et des lapins ligotés que l'on fait fumer de force; des chevaux auxquels on injecte des doses de nicotine.

  • Des chats immobilisés par des appareils de contention, avec des fils d'argent conducteurs de chocs électriques insérés dans la pulpe des dents, afin de calculer la vitesse à laquelle voyage la douleur, des dents jusqu'au cerveau ( Université de Toronto ). À cause de leur grande sensibilité et de leur extrême résistance, les chats sont des cobayes très recherchés.

  • Des primates séparés de leur mère et gardés dans un isolement complet durant des périodes allant jusqu'à huit ans, certains dans l'obscurité totale, pour observer les conséquences du manque de présence maternelle et en conclure que les animaux séparés de leur mère souffrent d'une grande détresse émotionnelle et de traumatisme psychologique ( ! )

  • Des brebis enceintes dont l'utérus est ouvert, permettant l'observation de l'agneau; les chercheurs couvrent la tête de la mère d'un sac de plastique transparent et surveillent les effets de l'asphyxie chez l'agneau ( Université de Colombie Britanique ).

  • Des animaux gravement brûlés, par l'explosion à des rayons de four micro-ondes durant plusieurs minutes.

chat_tortur_

Pour extrapoler les effets de stress chez l'humain, Hans Selye, de l'Université de Montréal a soumis des animaux - lapins, chiens, chats, souris, rats - à des situations «stressantes» : brûlures, intoxications, noyades, expositions à la chaleur et au froid excessifs, oblations des glandes, écrasements de la queue et des testicules. etc.

 

chien_br_l_

   

Depuis 1901, 58 prix Nobel attribués à la recherche dans les domaines de la physiologie ou de la médecine. Recherches effectuées en partie sur des animaux. L'élite scientifique affirme qu'il n'y a pas de grandes découvertes ou «miracles» de la médecine sans le recours aux animaux pour les tests..

Pourtant l'histoire de notre médecine moderne se résume, à peu de chose près, à une augmentation constante des cancers, des maladies cardio-vasculaires et des maladies chroniques.

LES CAUSES DE CETTE PROGRESSION DE LA MALADIE ?

  • Des systèmes immunitaires devenus inefficaces par les vaccins, les antibiotiques et les médicaments chimiques.

  • De prodigieuses transplantations d'organes, donnant aux greffés 100 % plus de «probabilités» de mourir d'infections et de cancers à cause, entre autres, des effets secondaires des anti-rejets (cyclosporine, cortisone, etc.).

  • Des prescriptions de médicaments, comme la Thalidomide, entraînant des malformations congénitales, malgré des années d'expérimentation sur divers espèces animales. Ou encore Oraflex, remède-miracle contre l'arthrite. retiré du marché, suite à la mort de 72 personnes, causée principalement par la détérioration du foie et des reins.

La majorité des médicaments déclarés «sans danger» sur les animaux se révèlent finalement toxiques, cancérigènes et mutagènes pour les humains.

   

Pour en savoir plus, c'est là :

http://www.geocities.com/RainForest/Jungle/7621/labo.html