Nos enfants en France sont en danger. Il ne s'agit pas de territoires lointains, de problèmes locaux qui ne nous concerneraient pas personnellement, non, c'est chez nous et les conséquences à venir de ces évènements pourrait bien être mortelles. Il y a un réel problème en France et manifestement les pouvoirs publics s'en tapent le coquillard. Certains parents sont prêts à se constituer en milices pour protéger ces élèves en danger de mort puisque la police est incapable de le faire. Normal, elle a reçu des ordres pour laisser à la racaille tous les pouvoirs. 

Communiqué du 30 septembre 2010

Vendredi dernier, le lycée Guillaume Apollinaire (communément appelé « lycée de l’Est ») a été le théâtre d’une violente bagarre entre des lycéens niçois et une bande de racailles, dont la majorité des éléments sont extérieurs à l’établissement. En sous-nombre les lycéens sont parvenus à repousser leurs agresseurs. Vexés de trouver cette résistance face à eux, les voyous sont revenus le lundi à 16 heures pour attaquer – cette fois à dix contre un – l’un des lycéens s’étant interposé lundi. L’intervention du proviseur de l’établissement, puis l’arrivée des forces de l’ordre, ont pu éviter le pire.

Il n’en reste néanmoins que la tension est loin d’être retombée et que l’on peut craindre de nouveaux affrontements.

Nous sommes bien entendu au côté de ces lycéens qui refusent de baisser la tête et pour qui étudier tranquillement s’apparente désormais à un sport de combat ! Car c’est bien la racaille qui doit être chassée des abords du Lycée Apollinaire, pour que les lycéens puissent étudier dans le calme sans se demander s’ils devront user de leurs poings pour sauver leur sac, leur téléphone, ou simplement leur fierté.

Alerté de cette situation tant par des lycéens que des parents d’élèves, Philippe Vardon – porte-parole de Nissa Rebela – a écrit aujourd’hui au proviseur du lycée Guillaume Apollinaire et au Préfet pour leur demander quelles mesures ils comptaient prendre pour assurer la sécurité des lycéens. Si aucune réaction sérieuse n’était envisagée, les Identitaires se réservent le droit d’aller eux-mêmes sécuriser les abords du lycée, comme cela a déjà été le cas en plusieurs occasions dans les établissements niçois.

Que les lycéens niçois sachent en tous cas que face à la racaille ils ne sont pas seuls !

En commentaire à cet article, le témoignage d'une élève :

Je suis élève du lycée de l’Est,
Est il nécessaire de préciser que cette bagarre était à connotation raciale ? On voulait casser du français vendredi et lundi !
C’est scandaleux, être français devient un motif pour se faire insulter et frapper

http://www.nissarebela.com/category/actualite/